Situé sur les premiers contreforts des Cévennes, (Montagne Noire) ; sur un sol géologique primaire (dévonien), le site de Roquebrun a toujours attiré les hommes, par son climat et par sa position stratégique au croisement des vallées.

Des vestiges d’habitats humains (IV millénaires avant JC) ont été trouvés : un habitat de grottes résultant des passages de bergers transhumants, des habitats fixes (la Cabane du Camp Rouge). La Région de Roquebrun a connu l’occupation romaine : la protection de la Voie Narbonnaise et le développement de la Province ; des vestiges romains (surtout des sépultures) ont été trouvés en amont de Roquebrun, dans le lieu de Saint André où la garnison romaine et une villa romaine (grande propriété agricole) devaient se situer ; un castrum (camp fortifié) est souvent mentionné sur le site du village actuel.

Puis ce furent les invasions barbares et sarrasines (370-700 après J.C). En 800 des châteaux forts furent construits le long de la Montagne Noire par les Rois Carolingiens pour se protéger des invasions barbares pouvant venir du sud. C’est de cette époque (environ 900) que date le Château de Roquebrun dont un seul vestige demeure ; la Tour. C’est une petite Tour carrée, exiguë, inhabitable mais inexpugnable. Elle prolonge un piton rocheux très mince et abrupt, s’érigeant au bout d’une crête. Au pied de ce piton se dressaient semble-t-il, une ou deux salles adossées au mur d’une minuscule terrasse remparée. Dans la partie supérieure de la Tour, on voit encore des trous qui marquent la place des hourds, échafaudages en bois employés dès les premiers temps de la féodalité et auxquels ont été substitués les mâchicoulis et les créneaux. Ce Château a appartenu successivement aux Vicomte de Béziers et de Toulouse. Il devait être muraillé.

A l’époque des Rois Carolingiens, se crée autour du Château un hameau habité par les serviteurs du Châtelain qui devaient en cas de guerre devenir ses hommes d’armes et qui en cas d’attaque, pouvaient se mettre à l’abri derrière les murs du Château. Peu à peu, la sécurité attira des habitants et un bourg se créa entouré de murs. Peu de vestiges restent concernant cette muraille : une tour près du presbytère et deux portes qui sont à des niveaux successivement plus bas vers la rivière ; la dernière doit dater du XVIème siècle à une époque où l’habitat est descendu vers l’Orb ; le quartier au-delà de la dernière porte est le Barry (faubourg).

De l’an 1000 jusqu’à l’épopée cathare, le Château fut habité par un Seigneur ; le dernier des Seigneurs, Bernard de Roquebrun, aurait été vaincu par les troupes de Simon de Montfort qui prit le Château. On rapporte la présence d’une Garnison Royale dès 1250.

Le Village fut ensuite administré par le Régime Royal et ses Consuls ; une grande bâtisse adossée à l’église a dû être la Maison des Consuls.

A l’abri de son Château, Roquebrun s’est développé au cours des siècles en exploitant ses richesses : la vigne, les oliviers, le marbre et les manufactures de draps. Le passage de la rivière se faisait par « la barque » ; le pont date de 1870. De cette vie active du village, nous reste un pressoir, un Moulin à Huile, un Moulin à Blé et un Four Communal.

La première Chapelle fut à Saint André (ancien emplacement romain) Chapelle qui devait appeler à la prière toute la campagne (elle existe toujours) ; le premier cimetière est situé devant cette Chapelle. Puis fut construite l’Eglise Notre Dame à Roquebrun très probablement sur l’emplacement de la Chapelle du Château.

Au XIXème et au XXème siècle, Roquebrun consacra sa principale activité à l’exploitation de la vigne, et connut les péripéties liées au vignoble français et le dépeuplement des campagnes.

La construction d’une Coopérative et le Tourisme permettent aujourd’hui, de faire connaître notre Village pour son Vin et son Soleil.

Pierre DESCHAUX

La communauté des communes

Campotel de l'Orb

Campotel
www.camping-lenice.com

Office du Tourisme

office de tourisme3

Accueil de Roquebrun
4 Avenue des Orangers
34460 ROQUEBRUN
T : 04.67.89.79.97
F : 04.67.89.39.27

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.